Le désastre de l’école numérique / Philippe Bihoux, Karine Mauvilly

Le 02 sept 2014, François Hollande annonce un vaste Plan numérique pour l’école de la République, ayant pour objectif de lutter contre les inégalités sociales d’ici 2018 pour un taux d’équipement d’1 outil par élève. Philippe Bihoux et Karine Mauvilly s’interrogent, comment cette fascination collective pour la technologie, promettant de tout résoudre, même les plaies sociales, et qui loin de former les citoyens de demain, signe un aveu de défaite pédagogique, écologique, sanitaire et sociétal.

De la lanterne magique au numérique, la première partie de l’ouvrage est consacrée à l’historique des « machines à enseigner » en situation pédagogique.

Puis sont examinés différentes d’études, notamment celle de 2015 de l’OCDE , qui constate qu’en moyenne au cours des 10 dernières années, les pays ayant consenti d’importants investissements dans les technologies de l’information et de la communication dans le domaine de l’éducation n’ont enregistré aucune amélioration notable des résultats de leurs élèves en compréhension de l’écrit, en mathématiques et en sciences.

« Les élèves utilisant beaucoup l’ordinateur obtiennent de moins bons résultats en compréhension de l’écrit, même après contrôle de leur milieu d’origine.» Pourquoi la Corée du Sud qui a un taux d’équipement faible ou Singapour qui a un niveau très élevé de numérisation sont ils en tête en terme d’éducation?

Les deux auteurs défendent l’hypothèse qu’éduquer au numérique c’est enseigner un usage modéré à savoir enseigner à s’en passer.

Les pratiques numériques des jeunes enfants, au regard du développement de la motricité fine de la naissance à 6 ans, de la psychomotricité, offrent quelques points de repères aux éducateurs, animateurs, bibliothécaires, médiateurs.

Un point de vue partagé, comme cette campagne d’information de la Fédération Wallonie-Bruxelles via le site Yapak, qui vise à sensibiliser les parents des jeunes enfants sur les effets négatifs des écrans (télévision, tablette, smartphone, ordinateur…) avant l’âge de 3 ans.

Une initiative presque similaire en France dans le cadre d’un campagne initiée en mars 2016 par le CSA français pour sensibiliser le public aux risques liés à l’exposition des enfants de moins de 3 ans à la télévision.

Cependant / Paul Cox



L’image comme texte.

Un imagier insolite, sous-titré « le livre le plus court du monde ». Sur ce qui se passe pendant la même seconde dans le monde, ailleurs.

Sans aucun texte, les illustrations en canevas composées de minuscules points de croix de couleurs primaires interrogent notre imaginaire, pendant ce temps, sur 120 pages en carton épais, défilent les activités de divers endroits de la planète. Pénélope à l’heure du numérique.

Lire plus

The Incredible Shrinking Man / Jack Arnold

(L’Homme qui rétrécit )

En vacances aux Bahamas, Scott Carey (Grant Williams) est exposé lors d’une sortie en bateau à un brouillard radioactif puis à quelques semaines d’intervalle à un pesticide. Peu de temps après, il constate avec effroi que son corps rétrécie tous les jours un peu plus.

S’engage alors une angoissante course contre la montre pour tenter d’inverser le processus…

Poèmes et chants des Indiens d’Amérique du Nord

L’automne est une saison rouge, les feuilles des arbres s’oxydent, commence le temps du Coyote. Ses histoires se racontaient d’octobre à mars, jamais en été, quand les serpents sont encore dehors, le conteur eût encouru le risque d’être mordu par l’un d’eux. Et seulement la nuit, sinon le soleil se serait couché beaucoup trop tôt.

Lire plus

Paradis retrouvés

Raffinement de l’art du secret, des peintures se cachent derrière la tranche dorée des livres.

Une pratique assez populaire de 1650 à la fin des années 1800, visible sur le site de la Boston Public Library avec une collection spéciale de plus de 200 peintures avant-garde ou à l’University of Iowa.

L’attaque des sangsues géantes

De biens étranges évènements se produisent dans le bayou et la rumeur parle de monstres géants… Ambiance suintante avec ce film de série B sans prétention, restauré depuis peu et dans lequel sont adoptés tous les archétypes classiques du film d’horreur animalier issu de la guerre froide.