En 2012, deux designers, Geoffrey Dorne et Julien Dorra initiaient la «Responsive Museum Week », encourageant pendant une semaine les internautes à « hacker » les sites web des musées pour les rendre plus mobiles. Il ne s’agissait pas, bien évidement de véritable piratage, cette campagne visait surtout à sensibiliser les institutions culturelles à s’adapter aux usages. Voir l’article sur Libé et sur Club Innovation France

Un site doit être adapté à la situation de mobilité, dans n’importe quel musée, les visiteurs se servent de leur téléphone pour prendre des photos des œuvres (même quand cela n’est pas autorisé), pour tweeter, facebooker, mais également pour se rendre sur le site du musée en question afin de retrouver des informations, des références, etc. Un musée concevant un site adapté pour la mobilité, offrire une expérience in situ bien plus riche.

 

  • LEDEN, est un  observatoire de recherche et de création dont l’objectif est de recenser des usages internationaux innovants, d’offrir une plateforme d’échange aux chercheurs et professionnels souhaitant participer à ce mouvement d’interprétation et de partage autour de quatre médiations : culturelle, scientifique, pédagogique et territoriale. Le corpus documentaire mis en avant utilise la vidéo.

Cet exemple démontre combien les institutions culturelles ont connu certaines difficultés pour se positionner sur le web, alors même que la médiation culturelle est précisément cet espace de relation entre le public et les expressions artistiques, les patrimoines, les connaissances, les objets culturels.

Depuis les musées et bibliothèques s’imprègnent de ces pratiques (Museomix, Bibliomix) et expérimentent des dispositifs interactifs , de co-production, permettant à chacun de s’approprier les collections, de partager ses opinions et ses émotions.

Avec une offre de services numérique de préférence à 3 temps:
– Avant : en préparation de la visite, une mise en appétit
– Pendant : dispositifs d’immersion, d’expérimentation, de réalité augmentée ou d’installations interactives.
– Après : les réseaux collaboratifs, les compléments.

Et une difficulté majeure qui concerne les droits de diffusion et d’appropriation des objets culturels.

 

  • Le lab (Liaisons Arts Bourgogne) est une association de la région Bourgogne et se positionne comme un réseau social d’entreprise, ayant pour vocation de contribuer à la structuration du secteur du spectacle vivant . Le Lab est un espace prescripteur, en ce sens qu’elle diffuse des informations et offre des outils de ressource, de coopération, d’accompagnement et de formation.
    Le lab est constitué de deux pôles :
    – le pôle Spectacle Vivant qui mène des missions transversales au bénéfice des acteurs professionnels du secteur,
    – le pôle Voix constitué de la Mission Voix et du Centre de Documentation pour l’Art Choral (45000 partitions pour choeur consultables sur place) qui s’adresse spécifiquement aux praticiens de la voix (professionnels, amateurs, enseignants, artistes…) quelles que soient leurs esthétiques pratiquées. Son offre éditoriale s’organise sous 4 items : L’INFORMATION et LA RESSOURCE, L’OBSERVATION, LA COOPERATION et L’ACCOMPAGNEMENT ARTISTIQUE, LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES. Voir plus sur le site

A noter  cette proposition:   « Et si votre compagnie était à la « Une » du site internet de Liaisons Arts Bourgogne ! »

 

  • Le lab comme label. Créé depuis 2014, Le Lab Festival est le premier DJs Contest Parisien, un laboratoire de musique conçu pour mettre sur le devant de la scène de jeunes DJs talentueux. Les sélectionnés se produisent sur la scène déjà mythique du BADABOUM, profitent des nombreux lots de nos partenaires ainsi que de notre accompagnement durant et après le festival. Des book sont prévus pour les plus talentueux d’entre eux, et la production d’EPs. Régulièrement des jeux-concours, des photos, des vidéos mais peu de sessions me semble t-il, à approfondir.